fbpx

Laurentides Wildlife Reserve Bikepacking Circuit

Exploring Lac aux Écorces area

Photos and Text by Romain Rosant and François Carier Deziel

 English version to come…

Rien de très compliqué. Rendez-vous à Stoneham un vendredi matin autour de 6 heures. Départ pour la Rivières aux Écorces. Juste prévoir être autonome pour la fin de semaine.

De la bouffe déshydratée  (2 soupers, 2 déjeuners) et de quoi s’alimenter en continu pendant la journée (noix, barres tendres, jerky, jujubes et toutes les petites cochonneries qu’on culpabilise à manger au quotidien : en bike tout est permis). Cinq fatbikes dont 4 “pimpés” en 27.5 + (pneus de 3 pouces) incluant leurs kits complets de sacs de cadre. Cinq complices, deux chars et nous voilà en route.

Au menu, une boucle en 2 étapes sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides ben au nord du parc de la Jacques Cartier.

Jour 1 : départ sur le chemin 36, un peu au Nord de la Rivières aux Écorces que nous longerons jusqu’au refuge du secteur 77 pour camper près du lac Saint Henri;

Jour 2 : Départ du refuge sur le chemin 364 pour remonter vers le lac aux Écorces et rejoindre le refuge du secteur 71 sur le chemin 36 à une dizaine de kilomètres des chars;

Jour 3 : Une dizaine de kilomètres pour rejoindre les chars et retour à la maison en fin de matinée.

Bon, ça ce sont les plans initiaux. Maintenant, comme dans tout bon trip de bikepacking, il y a des imprévus. C’est la première chose que nous rappellent les employés de la SEPAQ lors de notre enregistrement au Gite du Berger. La neige abondante de l’hiver passé et les pluies soutenues qui sévissent sur le Québec depuis le printemps ont partiellement rendu les trails impraticables à certains endroits. Et devinez quoi, ça se peut que les trails de notre itinéraire soient concernées.

Bon, on est en bike. Un char, c’est sûr c’est pas mal limité. Mais un bike, ça va passer non? Le « hike a bike » version « walk of shame » c’est monnaie courante en bikepacking alors au diable les avertissements! Et puis rien n’est plus flexible qu’un voyage en bike alors on peut toujours se permettre d’improviser en temps et lieux (la vrai liberté le bike).

On tente le coup.

Plutôt qu’un départ sur le chemin 36 (impraticable) que nous avions choisi pour sa vue scénique, nous devons partir par la 382 et rejoindre la 36 est, plus au sud et au nord du lac aux Écorces, le tout pour rejoindre comme prévu le lac Saint Henri pour la soirée. Tiens donc ! La première journée se déroule comme un charme. Chemin forestier sinueux, paysage satisfaisant, température fraiche et pluvieuse, notre besoin de grands espaces est comblé. Sans être trop technique, le dénivelé très vallonné offre quand même quelques défis et impose des changements de rythme constant. Un bel exercice quoi.

Il y a aussi les mouches. Normal, me direz-vous. Franchement on en a vu d’autres à ce niveau-là, mais c’est pas mal intense cette année. Merci à cet été particulièrement pluvieux. Elles sont toutes là, toutes les sortes comme dans un party de famille.  Elles sont une sorte de motivation à l’effort relativement efficace. Bref on ne s’arrête pas trop longtemps pendant le trajet, sauf pour accepter la bière que nous offre généreusement un groupe de pêcheurs croisé en fin de journée, priorité oblige.

La journée passe, et nous sommes tous très heureux d’avoir décidé de camper près d’un refuge très rustique le soir venu afin d’avoir un espace de vie dénué d’insectes et passer une agréable soirée. Le minimalisme imposé par le bikepacking nous aurait rendus très vulnérables à ces dernières et aurait probablement écourté cette belle soirée.

Notre deuxième journée est un peu plus folklorique. Comme anticipé, l’itinéraire du jour devient vite impraticable à la mi-chemin. Nous empruntons la 364 par le lac Mescouac  pour rejoindre la 36 au nord du lac aux Écorces. Nous décidons alors de tenter d’emprunter la 36 vers le Nord, la même section non recommandée par le personnel de la réserve faunique.  Jusque-là les chemins empruntés restaient praticables, et les sections encombrées d’accumulation d’arbres tombés et de branchages morts dus à l’hiver exceptionnellement enneigé pouvaient être surmontées. Descendre du bike, se faire un chemin dans les branches, pousser le bike. Un bel exercice. À mesure que nous avançons, les sections sont de plus en plus longues, l’exercice de plus en plus intense. Ça prendrait une machette, voir bientôt une chainsaw. Franchement le Québec n’a parfois rien à envier à la jungle amazonienne niveau densité, encore moins au niveau des moustiques.

Ça avance de moins en moins bien. Même le merveilleux Chic-Chocs en carbone est de plus en plus difficile à pousser. Les mouches elles, sont aux anges devant notre statique vulnérabilité. On marche désormais plus que l’on pédale. Elles nous bouffent littéralement même avec un filet sur la tête. Vers 13h on frappe un mur. C’est trop dense devant nous.

On part sans les bikes en reconnaissance, afin de savoir ce qui nous attend et si l’effort en vaut la peine. Moins de 500 m plus loin, en plus d’une jungle boréale digne de ce nom, c’est désormais le chemin qui a foutu le camp. Les crues l’on emporté, laissant place à une section trop dangereuse à passer. Aucune alternative autre que de revenir sur nos pas. Le reste du trip est désormais compromis. Il n’y avait pas d’autre chemin pour espérer retourner à notre point de départ dans les temps.

Plus de boucle possible donc. Quitte à se retaper le même trajet que la veille, nous décidons (tout en consultant nos amies les mouches de plus en plus agressive) de rouler plus et de rejoindre les chars dès ce soir. Pas de camping. Une bière et un resto à la place. Un défi intéressant à relever (pas la bière!) pour faire passer la frustration de ne pouvoir continuer. On ne s’avoue pas vaincus. L’appel de la bière lutte avec l’appel de la nature. On ride donc en sens inverse, le chemin de la journée et celui d’hier. Un bon 75.5 kilos journalier bien tapé. On finira tard. On soupera tard. Mais c’était quand même ben le fun malgré les difficultés. Même en étant aguerris, même au Québec, même en full carbone, le bikepacking reste à l’écoute et à la merci de la nature. Il force l’humilité et encourage l’imprévisible.

La morale de l’histoire : l’important en bike ce n’est pas l’arrivée à destination, mais bien tout ce qui ce passe après le départ. L’important c’est de pédaler. L’aventure c’est l’aventure.

  • Distance: 131km
  • No. of nights: 1
  • Terrain types: Logging roads, double tracks, bushwack.
  • Vélo: Fatbike Panorama Chic-Choc
  • Vêtements de jour et de nuit
  • Tente / sac de couchage / matelas
  • Flasque + Bourbon
  • Nourriture
  • Filtre à eau
  • Réchaud et gaz
  • Trousse de premiers soins

  • Distance Instructions
Label

Altitude VS Distance

SHOP OUR PRODUCTS

  • Sold out
    panorama cycles t shirt
    panorama cycles t shirt

    T-Shirt S24O

    "S24O" (aka Sub 24h Overnighter) is, in the jargon of the bikepacker, an adventure of less than 24 hours including an overnight stay. The definition of micro-adventure!
    30$ (CAD)
  • panorama-fatbike-chic-chocs
    panorama-chic-chocs-2020

    Chic-Chocs 27.5

    Opportunities for adventure are infinite with such a versatile bike. Let the Fat Bike Chic-Chocs take you to the mountains, rivers or beaches you’ve always wanted to discover. At a little less than 28 lbs and equipped with tubeless 27.5” x 4.5” tires, this is a seriously fun fatbike to ride on newly discovered sandy, rocky or snowy paths. You’re the bikepacking type? We’ll get along pretty well! In addition to 3 water bottle holders and the anything cage anchors on the fork, everything is ready for you to install a rear rack, if you prefer this setup versus minimalist frame bags. That way you can carry your skis to get to this remote backcountry spot, or bring more than your camping essentials for a memorable night around a campfire. Your friends will thank you!
    2,299$3,399$ (CAD)
  • Panorama Katahdin

    Katahdin

    We love to say that the Katahdin is our cottage bike. You'll guess that this gravel bike is really in its element in the countryside, perfect for all types of roads and paths that can be found out there. An industry first, the adventure composite laminate incorporates an advanced material, XANTU.LAYR ™, to make the Katahdin rock-solid. Learn more about this technology here. The curvy surfaces of the bike have become a canva for the very talented duo of Vancouver-based artists Pellvetica. They sign the visual of the frame, and thus give the soul to this amazing product. A 1x SRAM Apex group, WTB i23 Wheels, Easton EA50AX handlebar and a ton of frame and fork mounts for your short or long outings, makes the Katahdin so much versatile. Note that the cottage is unfortunately not included with the purchase of the bike 😉
    2,049$3,199$ (CAD)
  • Sold out
    Panorama Anticosti
    Panorama-Anticosti-gravel

    Anticosti

    When you venture on the less traveled roads of the backcountry, sometimes, the beautiful road becomes much more bumpy than what was predicted. The asphalt becomes gravel, and the gravel literally becomes an off-road trail. It is for this kind of adventure that the Anticosti was created. The Anticosti bike is built with a bespoke selection of Reynolds 725 steel tubing, thinned where it is needed to reduce weight. A generous clearance allows you to install 27.5x2.1 or 700x45 tires with fenders. Finally, you will find all the necessary mounts to carry the equipment for a night in the tent, or for a more ambitious globe-trotting trip project. Do not let your current bike limit your desire to explore. Take the path you want with the Panorama Anticosti.
    1,199$2,199$ (CAD)
  • Sale
    panorama-cycles-tshirt
    panorama-cycles-tshirt

    T-Shirt Slow Travel

    Slow Travel is the state of mind we approach during bike journeys. It is taking the time to live each experience in its entirety, focusing on quality rather than quantity.
    • 100% Cotton
    • Printed by hand in Montreal
    35$ 17.50$ (CAD)
  • Panorama Torngat
    panorama torngat fatbike

    Torngat

    Isolated in northern Quebec, located in the Arctic Cordillera, the Torngats Mountains are frequented only by those who have the real will to face the elements of nature. We do not get there by chance. It is a mythical place that imposes respect. An highly inspiring destination for the Torngat fatbike! We have included in this bike the features needed to make it completely versatile. Among other things, the frame is belt-drive compatible, it has ans access for a dropper seatpost and is equipped with horizontal rear wheel dropouts. The Reynolds 725 high-grade steel tubing frame and the light, stiff carbon fiber fork accommodate the largest 26" tires available, as well as the 27.5 x 4.5". High performance and durable components from Race Face and a 12-speed SRAM NX Eagle group complete this machine. All you have to do is leave the house, get on the bike and explore the territory that is still unknown to you!
    1,349$2,399$ (CAD)
  • Sold out
    panorama cycles t shirt
    panorama cycles t shirt

    T-shirt Bikepacking

    A fully equipped fatbike ready to take off. Bikepacking pure and simple.
    30$ (CAD)
  • Sale
    backcountry hat panorama
    Panorama backcountry cycling hat

    Backcountry Cycling Hat

    Why stick to the already known paths! #Backcountrycycling has become over time the mojo of Panorama Cycles. Make it yours with this unique cap!
    • 100% Cotton
    • Leather adjustment strap
    39.99$ 19.99$ (CAD)