Le vélo a-t-il l’esprit d’aventure?

Texte par Nathalie Schneider

Un de mes amis, un de ceux qui ont l’empreinte d’une chaine de vélo tatouée sur le cœur, voyez le genre? Il dit souvent  que le vélo est un passeport pour l’aventure. Et peu importe le style, la durée, ou même, la destination qu’on choisit. Se déplacer à vélo du point A au point B en fait une aventure. Point barre.

Bon, je vous vois venir, vous allez dire: «Ça dépend du vélo». Et vous avez raison. Il y a toutes sortes de vélos : des pépères pas pressés, des sprinter l’œil sur la montre et le nez dans le guidon, des costauds, des filiformes, des ben clean, des pleins d’bouette.

Y’a aussi des vélos qui sont faits pour voyager, avec une structure solide comme les jambes d’un montagnard : en acier trempé. Celui-là a le regard posé sur l’horizon, la prochaine halte, et ne dévie jamais de sa route. Le vélo de cyclotourisme est un costaud d’humeur égale, fait pour le poids et la durée.

Depuis peu, on voit se profiler un petit malin, avec un gros penchant pour la terre battue et la garnotte. Le vélo de gravelle (gravel bike), lui, aime sortir des routes toutes tracées. Il se sent à l’étroit dans les itinéraires figés. Cette drôle de bécane fait croire qu’elle aime la vitesse alors que tout ce qu’elle veut, c’est bifurquer dans le bois et rouler non-stop jusqu’au spot parfait. Là où les autres ne se rendent pas. Ses pneus sont capables d’encaisser les chocs des sentiers raboteux.

Et puis, il y a le fatbike, un record de puissance sur deux roues : il a la légèreté d’un esprit libre dans un corps massif qui colle au sentier. Vous le croyez poids-lourd? Détrompez-vous! Son cadre est solide sans être pesant. Un paradoxe à lui tout seul. Celui-là a l’esprit d’aventure inscrit dans son ADN, c’est un cyclovoyageur plutôt qu’un cyclotouriste. Pas un relief pas une surface qui le forcent à ralentir, encore moins à s’arrêter. C’est un spontané qui sort sur un coup de tête, c’est une envie qui pointe avec l’éclaircie qu’on n’espérait plus, avec la visite qu’on n’attendait pas. Il prend le large comme on s’échappe du 9 à 5, sans planifier ni organiser. Il est vagabond par nature et explorateur de naissance.

Il adore se faufiler entre les arbres, dévaler les pentes raides et les sentiers accidentés, soulever la poussière. Pas sophistiqué pour un sou, il aime les plaisirs simples : la pêche, la baignade, le camping. Un rif de guitare autour du feu. Il aime le contact du sable, de l’herbe et de la terre, et l’odeur de sous-bois, de la brise marine et de l’épinette.

Il traverse les saisons sans sourciller. L’hiver est installé? Il sort quand même, sans l’ombre d’une hésitation. Le froid, la neige et la glace ne lui font pas peur! Jamais fatigué, celui-là.

Il ne sait pas où le mènera sa prochaine sortie, mais il est partant. Anytime, anywhere. Il est fait pour l’aventure.